engourdissement


engourdissement

engourdissement [ ɑ̃gurdismɑ̃ ] n. m.
• 1539; de engourdir
État d'un membre, du corps qui s'est engourdi. appesantissement, léthargie, raideur, torpeur. « Un engourdissement s'emparait de ses membres » (Green). « il se laissait aller au bienfaisant engourdissement de la digestion » (Mac Orlan). Spécialt Sommeil prolongé des animaux. estivation, hibernation.
Fig. Ralentissement, appesantissement (des activités mentales). atonie, hébétude. « Cherchant dans la marche et dans la fatigue l'engourdissement de la pensée » (Nerval).
⊗ CONTR. Dégourdissement. Vivacité.

engourdissement nom masculin Sensation générale, ou d'une partie du corps, de diminution de la sensibilité et de la mobilité.

engourdissement
n. m.
d1./d Privation momentanée de la sensibilité ou de la mobilité. L'engourdissement d'un membre.
d2./d Fig. état de torpeur, absence de vivacité.

⇒ENGOURDISSEMENT, subst. masc.
A.— État de paralysie partielle et momentanée dans lequel se trouve plongé le corps ou une partie du corps. Engourdissement des doigts; engourdissement dans la jambe. Hier je pensais qu'il pourrait se faire que papa eût une attaque, parce qu'il se plaint d'un engourdissement au côté droit (E. DE GUÉRIN, Journal, 1838, p. 161). Un total engourdissement des bras (SENANCOUR, Obermann, t. 2, 1840, p. 240). Sensation d'engourdissement avec fourmillement de la zone normalement innervée par le nerf (QUILLET Méd. 1965, p. 369) :
1. Vers le soir, des symptômes effrayans se manifestèrent; un engourdissement général saisit les membres d'Atala, et les extrémités de son corps commencèrent à refroidir : « Touche mes doigts, me disoit-elle, ne les trouves-tu pas bien glacés? »
CHATEAUBRIAND, Génie du christianisme, t. 2, 1803, p. 246.
P. anal. [En parlant de la nature] Période de repos. Engourdissement hivernal. L'engourdissement des neiges (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Aveugle, 1882, p. 82).
Spéc. Sommeil profond et prolongé dans lequel tombent certains animaux qui hibernent. Passer l'hiver dans l'engourdissement. Les hibernants constituent un matériel précieux pour analyser les processus de l'engourdissement saisonnier et du réveil printanier (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 645).
B.— Au fig. Torpeur momentanée de l'âme ou de ses facultés; ralentissement de l'activité intellectuelle. Engourdissement de l'esprit; engourdissement de la chair; sortir de son engourdissement. J'éprouve à neuf cet engourdissement étrange de la pensée, de la volonté, de tout l'être, que je ne ressens guère qu'à Cuverville (GIDE, Et nunc manet, 1951, p. 1157) :
2. Certains jours, Laure pensait que tout était bien ainsi, que peu à peu elle s'endormirait dans cette torpeur, qu'elle se dissoudrait dans cet engourdissement de l'âme, semblable à celui où glissent les malades auxquels on donne de l'opium.
DANIEL-ROPS, Mort, où est ta victoire? 1934, p. 59.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1539 « état d'un membre, d'un corps engourdi » (EST.). Dér. du rad. du part. prés. de engourdir; suff. -(e)ment1. Fréq. abs. littér. :324. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 468, b) 500; XXe s. : a) 452, b) 438.

engourdissement [ɑ̃guʀdismɑ̃] n. m.
ÉTYM. 1539; de engourdir.
1 État d'un membre, du corps qui s'est engourdi. || Sentir au réveil un engourdissement du bras sur lequel a reposé le poids du corps endormi. || L'engourdissement des doigts. Onglée, raideur, rigidité. || Engourdissement du corps. Appesantissement, assoupissement, léthargie, somnolence, torpeur. || Produits qui provoquent l'engourdissement. Narcotique, somnifère, stupéfiant. || Se laisser aller à l'engourdissement de la digestion (cit. 3).
1 (…) nous entrâmes enfin dans Valladolid légèrement moulus (…) Je ne parle pas des jambes, où l'engourdissement avait piqué toutes les aiguilles de l'Angleterre, et où grouillaient les pattes de cent mille fourmis invisibles.
Th. Gautier, Voyage en Espagne, p. 40.
2 Elle n'avait pas envie de dormir; il lui semblait qu'un engourdissement s'emparait de ses membres, et de même, son cerveau fatigué ne lui obéissait plus (…)
J. Green, Adrienne Mesurat, p. 205.
Spécialt. Sommeil prolongé (des animaux). Estivation, hibernation.
3 Il faut savoir gré à M. de Buffon d'avoir recherché le premier la cause secrète de l'engourdissement de divers animaux, tels que la marmotte, le hérisson, le loir, la chauve-souris.
Charles Bonnet, Contemplation de la nature, XII, 31, in Littré.
Par anal. || L'engourdissement de la nature quand vient l'hiver (→ Arranger, cit. 19).
2 Fig. Ralentissement, appesantissement (des activités mentales). || Engourdissement de l'esprit, des facultés intellectuelles. Alourdissement, atonie, hébétude, stupeur, torpeur. || Tirer qqn de son engourdissement.
4 Je suis allé promener mes peines et mes remords tardifs dans la campagne, cherchant dans la marche et dans la fatigue l'engourdissement de la pensée, la certitude peut-être pour la nuit suivante d'un sommeil moins funeste.
Nerval, Aurélia.
5 C'était l'engourdissement mortel, inévitable, de la routine.
Zola, la Terre, p. 145.
6 À une sorte d'engourdissement de mon âme répond un assourdissement de toutes choses et rien plus d'aigu ne me pénètre, ou mieux : rien ne pénètre plus vraiment en moi.
Gide, Et nunc manet in te, Journal intime, 11 juil. 1923.
(Activités sociales, économiques, financières).
7 La spéculation, inactive pendant trois mois, s'est remise à l'œuvre avec une ardeur fiévreuse; il y a chaque jour au moins six émissions d'actions de sociétés nouvelles. Les journaux financiers appellent cela sortir de l'engourdissement.
A. Robida, le Vingtième Siècle, p. 209.
CONTR. Dégourdissement. — Activité, vivacité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • engourdissement — ENGOURDISSEMENT. s. m. État de quelque partie du corps qui est engourdie. Avoir un engourdissement au bras. Cet engourdissement est un commencement de paralysie. [b]f♛/b] Il se dit aussi dans le figuré. Il est dans un étrange engourdissement d… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • engourdissement — Engourdissement. s. m. v. Estat de quelque partie du corps, qui est engourdie. Avoir un engourdissement au bras. cet engourdissement est un commencement de paralysie. Il se dit aussi dans le figuré. Il est dans un estrange engourdissement d… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • engourdissement — Engourdissement, Torpor …   Thresor de la langue françoyse

  • ENGOURDISSEMENT — s. m. État de quelque partie du corps qui est engourdie. Avoir un engourdissement au bras. Cet engourdissement est un commencement de paralysie. L engourdissement des jambes. Un engourdissement général.   Il se dit aussi figurément. Il est dans… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • engourdissement — (an gour di se man) s. m. 1°   Sorte de paralysie momentanée causée par le froid ou une autre cause, et qui est caractérisée par la pesanteur, la difficulté du mouvement et un fourmillement incommode. Avoir un engourdissement au bras.    Il se… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ENGOURDISSEMENT — n. m. état de ce qui est engourdi au propre et au figuré. Avoir un engourdissement au bras. Cet engourdissement est un commencement de paralysie. L’engourdissement des jambes. Tirer quelqu’un de son engourdissement …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • somnolence — [ sɔmnɔlɑ̃s ] n. f. • v. 1380, rare av. XIXe, sens 2; bas lat. somnolentia 1 ♦ (1530) État intermédiaire entre la veille et le sommeil, perte de conscience et engourdissement momentanés. ⇒ demi sommeil, torpeur. Médicament qui peut amener un état …   Encyclopédie Universelle

  • stupeur — [ stypɶr ] n. f. • 1333; lat. stupor 1 ♦ Méd. État d inertie et d insensibilité profondes lié à un engourdissement général. ⇒ anéantissement. « La stupeur, qui l envahissait de plus en plus, lui ôtait jusqu à la sensation de la souffrance »… …   Encyclopédie Universelle

  • torpeur — [ tɔrpɶr ] n. f. • 1470, rare av. fin XVIIIe; lat. torpor ♦ Ralentissement des fonctions vitales, diminution de la sensibilité, de l activité (sans perte de conscience). ⇒ assoupissement, engourdissement, léthargie. « une sorte de torpeur [...]… …   Encyclopédie Universelle

  • Mal de dos — D’après les chiffres relevés en France, l’origine du mal de dos est mal identifiée dans 95 % des cas et 5 % des personnes de plus de trente ans souffrant d’un mal de dos ne sont pas soulagées par un traitement médicamenteux. C’est… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.